Je débloque sur le Baroque

Publié le 21 Février 2009


Comme tous les samedis matins, me voici partie de chez moi avec mon petit barda habituel...Quelques pinceaux, mes tubes d'acryliques, ma boîte à outils, ma grande mallette à papier...
Bien entendu, j'arrive en retard, Isabelle, ma concurrente es-retard est déjà là...
Je suis vraiment la dernière!
Allez, une tournée de bisous, un petit café... Chouette! Une âme bienfaisante a apporté des oreillettes pour les peintres avides de gourmandises.

Allez, ce n'est pas tout ça, il faut à présent s'installer...Un peu d'eau, mes pinceaux, mes tubes d'acrylique , ma boîte à outils.... Je déballe lentement mais sûrement mon petit matériel. Une bonne matinée de peinture s'annonce...
Seulement, il y a un hic, il semble que je ne sois pas de très bonne humeur...Une bête sauvage rugit au fond de moi, prête à surgir à la moindre contrariété. Elle tourne et vire, telle un lion en cage, passe et repasse alors que je tente de me concentrer sur les paroles de Christine.
Une nouvelle expo à prévoir, une autre à aller voir, Picasso et Cézanne, ce sera sûrement passionnant.
Bon, je suis bien calée, il faut reprendre "l'oeuvre" délaissée depuis quinze jours...Je mets en place mon dessin mais le fusain se montre récalcitrant, aïe, la bête qui somnolait se réveille! Mais qu'est-ce que c'est que ce bâton de fusain qui n'accroche pas? En plus, j'en mets partout sauf à l'endroit désiré! La jolie silhouette de Sainte Cécile ressemble à un ours au fond de sa tanière!
Je laisse tomber le fusain et opte pour un tracé plus délicat à l'encre de chine...Un peu de musique dans mes oreilles. Ah! Ce Polnareff, il sait y faire..Voici que le fauve se rendort et se met même à ronronner de plaisir. Je peins alors que Michel says goodbye to Mary-Lou...
Je ne veux pas avoir l'air de trop m'isoler, alors je mets la musique tout doucement, comme ça j'entends ce qui se passe autour de moi.

Christine nous suggère ensuite de nous laisser aller et de peindre sur de la musique baroque. Un travail tout en sensations, j'adore! Je laisse tomber Polnareff et Sainte Cécile et me prépare à déguster l'instant qui vient.
Hélas, pour une raison qui m'échappe, le fauve qui sommeillait au fond de moi se réveille complètement et se remet à tourner en cage. Cette fois-ci, il semble déchaîné..Cette musique ne lui convient pas, il bondit d'un bout à l'autre de la cage, me déchire les entrailles et commence à s'extirper de mes globes oculaires....Quelques larmes s'écoulent en effet de mes yeux même si je tente de les contenir. Pourquoi? Mystère....

Je vais me consoler dehors tout en croquant dans une de ces délicieuses oreillettes, hum, un peu de soleil, ce n'est pas désagréable...

Je reprends mon encre de chine et accompagne Sainte Cécile de deux petits séraphins tout à fait adorables... Il y en a même un qui ressemble à un de mes élèves, c'est marrant car c'est loin d'être un ange! Je rajoute mes mains sur le tableau, je suis assez contente de la droite mais la gauche est franchement moche...
Décidément, ce tableau et cette musique ne me conviennent pas  et puis d'abord je vais tout arrêter, la peinture, le dessin...de toutes façons, je n'y arrive pas et je ne m'en sortirai jamais. Tout ce que je fais est bâclé....
Bref, je ne sais plus où j'en suis. Le fauve est lâché, je ne maîtrise plus rien!!!

En plus, il y a l'
autre là-bas, à Paris, dont j'ai oublié le nom. Il se permet d'exposer au Louvre à côté de la Joconde et je trouve que ce qu'il fait est génial ( quoique un peu sombre, certes). Dans une autre vie, c'est ce que j'aurais voulu faire, peindre sur des toiles immenses, comme lui...

Je range mes pinceaux, mes tubes d'acryliques, ma boîte à oultils... ça suffit pour aujourd'hui,"demain sera un autre jour", Scarlett...

En rentrant chez moi, je montre à ma patite famille le résultat de cette matinée en expliquant combien je suis contrariée par mon travail du jour. Ma fille, dubitative, me dit :"Moi, je trouve que c'est bien pour un tableau raté".
Et voilà, le fauve se sent pousser des ailes...Il s'envole grâce à ces douces paroles...

N'avez-vous pas vu passer aujourd'hui une panthère ailée dans le ciel?

Rédigé par va l'r

Publié dans #méditations cogitatives de la ménag'r

Repost 0
Commenter cet article

christine 23/02/2009 18:04

Typiquement, "la lutte de Jacob avec l'Ange" !!!... j'ai fait l'article d'aujourd'hui en pensant à toi...et pour toi. Peut-être y trouveras tu sinon des réponses du moins un réconfort...

va l'r 23/02/2009 21:00


Merci, je suis très touchée de ton attention....A demain!!!


margaret 22/02/2009 10:44

Val'r, j'espère que la fureur a laissé la place à la sérénité, tu as beaucoup de talent ne t'inquiète pas pour cela mais tout n'est pas forcément blanc ou noir tu le sais très bien et nos émotions c'est idem, autant en emporte le vent est un de mes classiques préférés et c'est devenu une de mes phrases demain sera un autre jour, taratata... Bref gros bisous à bientôt margaret

va l'r 22/02/2009 19:23


Avec un prénom pareil, tu ne pouvais qu'aimer autant en emporte le vent...Bises


Galac' 22/02/2009 10:13

Tu as essayé le sport ? :)))

va l'r 22/02/2009 18:49


Bien vu!
Habituellement, je fais du karaté, mais ces derniers temps, je n'ai pas pu y aller très souvent....


Quichottine :0010: 22/02/2009 10:12

Je crois que ce n'est pas facile à extraire un fauve que l'on abrite en soi...

Suis bien contente de voir que tu as réussi !

Passe un bon dimanche, Val'r !

va l'r 22/02/2009 19:21


Le dimanche s'est bien passé, j'ai beaucoup dormi...